Quels types de construction pour les climats chauds et tropicaux ?

maisons créoles
Rate this post

Avec des méthodes ancestrales ou novatrices, les types d’architectures et les techniques de construction pour les zones à température élevée se diversifient. Approchez-vous des constructeurs de Nîmes & Alès (Gard) ou des autres départements du Sud de la France pour en savoir plus sur les techniques et les modes de construction adéquats aux climats torrides : les maisons avec puits provençaux, les maisons créoles, la végétalisation, la ventilation naturelle et le concept bioclimatique.

Des constructions dotées d’un puit provençal

Appelé également puits canadien, le puits provençal rafraîchit l’air de manière écologique. Il s’agit d’une solution géothermique permettant des échanges thermiques entre l’air et le sol. En profondeur, la température du sol diminue. L’air neuf puisé à l’extérieur y est alors envoyé à l’aide d’un conduit pour être rafraîchi dans le puits. L’air frais sera par la suite redistribué partout dans le logement à travers des conduits intérieurs.

Cette technique de rafraîchissement d’air pour les climats chauds convient notamment aux constructions neuves. Pour établir un puits provençal dans une habitation ancienne, des mesures strictes s’imposent. Compliqué à mettre en place lors des travaux de réhabilitation, ce système exige l’intervention des experts afin de garder la stabilité du bâti.

La fraîcheur des maisons créoles

Caractéristiques de l’île de la Réunion, les maisons créoles sont conçues selon le climat tropical de l’Océan Indien. Bâties suivant une orientation est-ouest, elles accueillent aisément la fraîcheur des vents alizés. Ces constructions sont souvent prolongées par des varangues devenues une véritable pièce à vivre, où l’on profite de l’air frais extérieur. Pour une meilleure protection, des baies vitrées sont installées autour de cet espace.  

Les maisons créoles sont érigées sur des soubassements pour mettre en place une climatisation naturelle. La présence d’un potager et d’un jardin luxuriants autour de l’habitation contribue également à la fraîcheur de la localité.

Demande de devis gratuit

 

La ventilation naturelle : un système à exploiter en régions tropicales

Cette technique est basée sur deux principes qui peuvent se compléter. Sans avoir recours à des moteurs, elle n’engendre aucune consommation électrique.  

La première alternative consiste à mettre en place une ventilation transversale. Pour rafraîchir l’intérieur du logement de cette manière, il est impératif de déterminer d’avance la bonne orientation et la taille des ouvertures. Cela permet d’assurer des entrées d’air face au vent dominant et des sorties à l’opposé. Les décisions de construction tiennent en compte les divers éléments topographiques environnant le lieu. Les montagnes, les collines et les édifices déjà érigés aux alentours déterminent la force et la direction du vent.

En complément avec la ventilation transversale s’ajoute l’effet de cheminée. Grâce aux grilles d’aération hautes, l’air chaud remonte et s’échappe de la pièce. Tandis que l’air frais extérieur entre par les grilles du bas. Afin de mieux rafraîchir l’atmosphère intérieure, des bouches d’extraction reliées à des conduits verticaux évacuent l’air par la toiture.

La technique de végétalisation dans les zones tropicales

À titre de rappel, les végétaux absorbent le CO2 et fournissent l’oxygène dont nous avons besoin. Ils contribuent à la maîtrise des dépenses énergétiques liées à la climatisation des logements dans les zones tropicales. Les projets de végétalisation permettent également une meilleure gestion des eaux pluviales suite à l’infiltration des eaux de ruissellement.

Outre les avantages thermiques et environnementaux, la végétalisation de la construction accorde un atout esthétique. Le paysage devient plus agréable à la vue tout en offrant des espaces verts pour le divertissement.

Le concept bioclimatique

Cette idée qui date des temps éloignés consiste à tirer parti du contexte environnemental en matière de construction. Elle se base sur une bonne gestion des ressources existantes telles que la chaleur, le soleil, l’air et les différentes matières. Dans les régions tropicales, Mère Nature offre abondamment ces prérogatives.

La ventilation figure parmi les points les plus importants pour garantir le confort à l’intérieur du bâtiment bioclimatique. La construction tient aussi compte de l’exploitation de l’énergie solaire et de l’isolation de l’édifice. Ces mesures aboutissent à des économies énergétiques considérables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + seize =

JavaScript est actuellement désactivé. Afin de pouvoir poster un commentaire, s'il vous plaît contrôlez que les Cookies et JavaScript sont activés puis rechargez la page. Cliquez ici pour savoir comment activer JavaScript dans votre navigateur.